Europe

À la découverte de Pétrograd et du sang versé à Saint-Pétersbourg

Pin
Send
Share
Send


Pedro I avait prévu de construire une ville dans le style et la ressemblance des grandes capitales européennes qu'il admirait tant. Il souhaitait moderniser la Russie et appliquait dans cette nouvelle ville toutes les connaissances acquises au cours de ses voyages à travers l'Europe. La première pierre de cette nouvelle ville a été posée sur le Zayachi Island où, en 1703, il érigea le La forteresse de Pierre et Paul.

Pendant les années que dura la concrétisation de son rêve, il édicte des édits dans lesquels il interdit d'interdire la construction d'autres bâtiments afin que tous les matériaux et les architectes ne soient utilisés qu'à Saint-Pétersbourg. Il a atteint un tel extrême que si quelqu'un voulait entrer dans la ville, il devait le faire avec une pierre sous le bras pour aider à la construction. Inutile de dire que pendant ce processus, des milliers de personnes ont péri à cause des conditions de travail extrêmes. Tout pour le rêve du tsar.

À environ cinq minutes de la Station de métro Gorkovskaya (Горьковская) L'île de Zayachi est située. Ce n’était pas ce qui était prévu ce matin-là, car notre intention initiale était de faire la promenade Peters Drive, que Marc Serena m’avait recommandée, mais, ce matin-là, l’alarme n’a pas été déclenchée. Et je dis providentiellement parce que toute la matinée nous avons été accompagnés d’une averse qui n’aurait pas facilité la marche.

Après avoir traversé le parc Alexandrovsky, nous traversons un pont vers la forteresse. Depuis ce pont, les visiteurs tentent de faire fortune en jetant une pièce sur le piédestal de la statue d'un lapin dans la rivière. Et dans l'eau, un homme trouve sa fortune en collectant toutes les pièces qui sont tombées dans l'eau.

Le bastion est le monument le plus ancien de la ville et abrite actuellement plusieurs musées et la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul. L'entrée de l'enceinte est libre, mais à l'intérieur il y a de nombreux bâtiments où il faut payer pour entrer. L'entrée combinée de 350 roubles comprend l'entrée de la cathédrale, le musée des cosmonautes, le bastion de Trubeztkoy, le musée d'histoire de Saint-Pétersbourg et de Pétrograd et le musée d'histoire de la forteresse Pierre et Paul. Ce billet est valable deux jours, mais ne comprend pas certains points de vue, le clocher de la cathédrale et certains musées tels que la torture médiévale.

Se promener sur le site de la forteresse est très agréable et tout est très prudent. En fin de compte, nous n’avons acheté que le billet pour le Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul et nous avons loué un audioguide en espagnol, ce qui a été un succès.

La cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul a un intérieur très décevant. Bien que l'extérieur semble promettre un intérieur surprenant, il n'a finalement pas répondu aux attentes. De style baroque européen, il ne ressemble en rien aux églises orthodoxes et abrite les vestiges des tsars russes (à l'exception de Pierre II et d'Ivan VI). La dernière famille à avoir été enterrée était la dernière famille impériale russe en 1998, bien que beaucoup de Russes ne croient pas vraiment que les corps enterrés appartiennent réellement à la famille de Nicolas II.

À certains moments, vous pouvez monter à la tour de l'horloge en payant une entrée séparée. Mais comme les heures ne coïncidaient pas avec notre visite, nous avons décidé de continuer à nous promener dans le bastion.

Plus que pour défendre la ville contre d'éventuels envahisseurs, cette forteresse était principalement utilisée comme prison. En payant un billet séparé ou conjoint, vous pouvez visiter le rempart de Trubetskoy où jusqu'en 1917, des criminels et des conspirateurs furent emprisonnés.

En suivant le périmètre de la forteresse, nous arrivons à la porte de la Neva, qui mène à une jetée sur le fleuve. C'est là que les prisonniers ont commencé à être exécutés ou envoyés en exil. Vous pouvez accéder à la jetée gratuitement et si nous marchons sur le côté, nous pouvons avoir une belle vue panoramique sur l'Ermitage.

Nous quittons la forteresse pour suivre notre route le long du Région de Petrograd, où il se distingue La cabine de Pedro, une petite maison dans laquelle Pedro I s'installa pour superviser les travaux de la forteresse. Il est considéré comme l'âme de la ville et le plus ancien bâtiment achevé à Saint-Pétersbourg. Nous avons fini par nous réfugier sous le porche de la terrible averse qui tombait, mais nous n'y sommes pas entrés car, comme à Saint-Pétersbourg, il faut payer presque tout (70 roubles) et il arrive un moment où vous accordez la priorité aux visites.

Ce que oui c'est gratuit c'est lui Croisière Aurora, une croisière de guerre russo-japonaise datant de 1900 et qui a joué un rôle clé dans la révolution d’Octobre lorsqu’elle a lancé un baume qui démoralisait les défenseurs du palais d’hiver. Dommage que nous ne remarquions pas que le lundi, il soit fermé au public, car nous aurions ainsi épargné la peine de finir avec des pantalons mouillés jusqu'aux Anglais.

De retour à la station de métro Gorkovskaya, nous nous arrêtons un instant pour apprécier La mosquée qui a été érigé à l'image et à la ressemblance de celui de Emir Gur à Samarkand. La mosquée était fermée, mais ses détails bleutés méritent d’être appréciés s’ils ne se sont pas encore rendus en Ouzbékistan.

Cicerones de luxe: Paco et Nastia

À trois heures et demie, nous avions rencontré Paco et Nastia. Lors du cours de russe organisé par Amu Daria, j'ai eu la chance de rencontrer un étudiant en ingénierie de Saint-Pétersbourg. Elle m'a dit que si je le voulais, je pourrais contacter un ami qui y habite. Il est toujours préférable de visiter le pays avec une indigène, alors je l'ai contactée sans hésiter.

Pin
Send
Share
Send