Europe

Activités hivernales à Kainuu, la région des lacs de Finlande

Vkontakte
Pinterest




Attention à ce stade de voyage en Finlande Janvier parce qu’il déborde d’émotions fortes. Après quelques jours dans Helsinki, nous sommes allés au centre de La finlande connaître le région du lac, connu sous le nom de Taïga sauvage.

Il restait quelques minutes avant que l’avion à hélice se pose dans le petit Kajaani aéroport et, à vol d'oiseau, le paysage qui s'étendait à travers la fenêtre était une chose totalement nouvelle pour moi: une tache complètement blanche, parsemée de petits points verts et de lacs sans fin. L'appareil a glissé sur une piste glacée et, lorsqu'il est tombé, le froid m'a frappée au visage, comme si le Yeti m'avait giflé. Nous avions moins vingt-cinq degrés. Jamais auparavant, il n'avait fait si froid.

Kajaani est la capitale de la Région de Kainuu, a près de 40 000 habitants et le centre urbain est assez peuplé, mais nous passons par là. Nous nous sommes dirigés directement vers Ferme Vuokatti Husky faire la première activité hivernale de notre voyage: un safari en traîneau à chiens.

Nous sommes descendus du minibus et nous nous sommes rapidement réfugiés à la place, qui était une maison en bois peinte en gris bleu. Dehors, il y avait un grand feu de camp fumant entouré de bûches pour s’asseoir devant le feu, mais la température n’invitait pas. Au lieu de cela, ils nous attendaient avec du thé chaud et une cheminée. Après avoir eu chaud, ils nous ont emmenés dans une pièce pour nous préparer au safari. Il portait déjà un collant thermique, un pantalon de ski, une chemise thermique, une polaire et un pull en laine péruvienne sous la veste de ski, mais cela ne suffisait pas. Ils m'ont donné un pardessus et des gants spéciaux. Tous les vêtements sont petits lorsque vous allez affronter les éléments.

Attentif aux explications

En dehors des traîneaux et les chiens étaient prêts, ils ont continué à aboyer car ils étaient impatients de courir. Ils savaient que bientôt ils iraient visiter la taïga et déplaceraient leur queue d'un endroit à un autre, très enthousiastes. Mais d'abord les instructeurs devaient nous expliquer comment conduire un traîneau. C'était la première fois pour tout le monde, alors nous avons écouté les instructions très attentivement. Ensuite, nous nous sommes séparés en équipes de deux. J'étais sur le point de conduire, alors que Nadine était assise à titre de passagère, et à mi-chemin, nous avons dû changer de position.

Prêt pour l'action!

Je me suis mis aux commandes du traîneau, tenant fermement la barre, les pieds sur les côtés du traîneau, et j'ai attendu qu'ils libèrent la corde qui retenait les chiens. Quand ils l'ont laissé tomber, j'ai remarqué une forte traction et nous avons commencé à courir. C'était une sensation passionnante, de grande liberté, alors que les chiens se retiraient à toute vitesse du traîneau et glissaient dans la neige. L'air glacial a durement frappé les quelques centimètres carrés de mon visage découverts, mais l'exaltation du moment m'a empêché de remarquer le froid.

Monter dans un traîneau tiré par des huskies est une expérience, mais ce n'est pas aussi facile qu'il y paraît. Étrangement, l’une des difficultés que nous avions était d’arrêter les chiens, car le traîneau avait un frein, mais nous n’avions pas assez de poids pour que les chiens soient pris en compte lorsque nous voulions nous arrêter. Cela a entraîné un moment de friction avec les autres équipes car, pour des raisons de sécurité, il nous était interdit de doubler les autres traîneaux et nous avons dû circuler dans la rangée indienne. Malgré tout, tout s'est très bien terminé et, après la promenade de six kilomètres, nous avons eu un bol de soupe chaude.

La nouvelle "signature"

Ensuite nous montons dans le minibus pour aller à Kuhmo, À 70 kilomètres de la frontière avec La russie, où nous allions passer deux nuits. Nous avons séjourné au hôtel Kalevala, un hôtel de montagne situé à côté de pistes de ski de fond.

Salle préparée pour le dîner

Quand je me suis réveillé le lendemain matin, il ne s'était pas encore levé et rien n'était visible à l'extérieur, car en janvier, le soleil ne se lève qu'à partir de neuf heures du matin. Nous avons eu un bon petit déjeuner, y compris des gaufres faites maison, et sommes allés dehors pour visiter le Centre Petola des animaux carnivores. Est à à environ dix minutes à pied de l'hôtel et là vous pouvez en apprendre beaucoup sur animaux carnivores de cette région comme l'ours, le lynx, le loup et le glouton. En fait, ce domaine de La Finlande est réputée pour ses safaris d'observation de ce type de faune, qui sont généralement effectués en été. Le centre est un bon endroit pour en savoir plus sur ces animaux, tels que les sons et les traces de pas, et vous pouvez même toucher leur peau.

Centre de carnaval de Petola

Une fois la visite didactique terminée, nous sommes rentrés à l'hôtel pour chausser nos skis et apprendre à faire du ski de fond. Le bien de hôtel Kalevala c’est qu’il met gratuitement du matériel de ski (vêtements, chaussures, bâtons et skis) à la disposition des clients. De même, les pistes devant l'hôtel peuvent être utilisées gratuitement.

Carte avec les pistes de ski de fond

J'ai abandonné le ski alpin depuis longtemps, car la douleur des chutes ne compense pas le plaisir des descentes, je préfère donc le ski de fond. Le problème est que je n’avais jamais fait de cours, alors les quelques fois où j’ai skié, j’ai parcouru des pistes simples pour ne pas me retrouver avec une jambe cassée. Par conséquent, j'avais hâte de faire la cours de ski de fond. Notre instructeur s'appelait Reki-Pertti et était un colonel de l'armée finlandaise à la retraite. Il dirige actuellement une école de ski qui propose des cours et d'autres activités sur la neige.

Apprendre à skier

Avec une main de fer, il nous a expliqué les bases du ski de fond, comme se réchauffer avant de s’entraîner, apprendre à ralentir, à gravir des collines et à divers moyens de se propulser sur des skis. J'avoue que je n'ai pas démarré du bon pied, car je suis d'abord allé sur la piste sans les bâtons, puis je les ai perdus avant d'atteindre la piste. Cependant, après le cours d’initiation que j’ai fait à La finlande Au moins, je ne suis plus une patate de ski.

En pleine action de skieur

L’exercice physique a réveillé la faim et nous avons gravi une petite colline en appliquant les techniques pour gravir les pentes avec les skis. Nous avons constaté que j’avais préparé un Kota, qui est une tente ouverte par le toit, semblable à celle des Indiens du Far West, avec un feu de joie allumé. Le bon de Reki-Pertti nous a préparé une collation et nous avons préparé des saucisses crevées dans un fer à repasser sur le feu. Pour les végétariens, la saucisse a été remplacée par une banane qui a été rôtie avec la pelure, un plat typique des barbecues finlandais.

Vkontakte
Pinterest