Europe

Visite du musée de l'Ermitage et du palais d'hiver

Pin
Send
Share
Send


Il y a quelques années, Alex Gorina m'a invité à regarder un film russe dans les cinémas de Verdi Park. C'était une session spéciale qu'il organisait pour les auditeurs de son programme de film «La finestra indiscreta«. Au début, je pensais que ce serait un vrai rollazo, mais après être venu pour m'inviter, j'ai décidé d'aller la voir. Le film en question était L'arche russe par Alexander Sokurov, un film filmé à l'ermitage à l'occasion du troisième centenaire de la fondation de Saint-Pétersbourg, et qui recrée la vie dans le palais des tsars lors de sa splendeur maximale. Il est célèbre car il a été filmé en une seule fois, avec 2000 acteurs et pour 33 salles du Palais d'Hiver. Un chef d'oeuvre

Aujourd'hui, le palais est le plus célèbre des 400 musées de Saint-Pétersbourg et l'un des plus connus au monde: l'ermitage. La collection de peintures du musée a été créée par Catherine II en 1764, après avoir acheté 225 œuvres de Johann Gotzkowski à Berlin, qu'elle exposa ensuite dans ses salles de retraite appelées "le refuge de l'ermite". Peu à peu, la collection a été élargie pour atteindre le nombre actuel de 2 800 000 pièces, la plupart confisquées ou nationalisées par l'Union soviétique au cours des décennies des années 20 et 30, ce qui en fait actuellement l'une des des plus importants musées du monde.

Le palais d'hiver

L'entrée du musée coûte 400 roubles, mais Nastia avait élaboré un plan directeur pour tenter de nous faire économiser des billets. Elle avait la carte d'étudiant russe (avec laquelle elle entrait gratuitement dans tous les musées) et, comme elle entrait dans le musée, elle ne vous demandait pas votre carte (elle ne la demandait qu'à la billetterie lors de l'achat), elle a donc décidé de se chercher une entrée. l'un des trois casiers indépendants là-bas. En fin de compte, nous n'avons eu qu'à en acheter un et nous sommes entrés sans aucun contrôle.

Ce magnifique palais a été construit entre 1754 et 1762 par l'architecte B.F. Restrelli pour l'impératrice Isabel Petrovna, de style baroque russe, a été la résidence des tsars jusqu'en 1917. Ce qui impressionne le plus en entrant dans le musée, c'est l'escalier principal, également appelé ambassadeur, entièrement en marbre blanc avec les murs couverts de des moulures dorées qui brillent à la lumière des fenêtres. Paraissant abasourdis d'un côté et de l'autre, nous avons traversé les salles du palais. Dans la salle malachite, des objets et des colonnes réalisés avec cette pierre verdâtre se détachent. De plus, la salle blanche qui, comme son nom l'indique, est totalement blanche et s'inspire des anciennes basiliques de l'époque romaine. La salle dorée, la salle à manger verte (où le gouvernement provisoire a été arrêté en octobre 1917) et la bibliothèque gothique construite en 1890.

Le hall du pavillon d'hiver

Sans aucun doute, la salle qui impressionne le plus au Palais d'Hiver est la salle du pavillon. Il a été construit en 1858 et occupe presque complètement le premier étage du «Petit» Hermitage. En fait, ce bâtiment est rattaché au reste du palais et vous remarquez à peine qu’il est passé d’une partie à l’autre. Ses colonnes blanches et ses détails dorés ressortent. Il a même une réplique au sol de la mosaïque de celui qui est dans le Vatican et une montre la mer des extravagants, avec la forme d'une dinde, d'un buisson et d'un hibou totalement doré et aux dimensions énormes qui se déplacent au son des heures. La chambre est très belle, mais c’est dommage que nous soyons arrivés au moment où tous les passagers de la croisière faisaient leur tour express à travers le musée Il y avait, tous ensemble, des milliers de personnes qui marchaient comme des automates en suivant le guide en service, sans se soucier le moins du monde de la présence d'une personne.

Pin
Send
Share
Send