Asie

Une journée à Jaipur

Pin
Send
Share
Send


Comme d'habitude, ce jour-là, nous avons encore frappé un lève-tôt. Nous avons à peine un jour de visite Jaipur, car à cinq heures et demie de l'après-midi notre train est parti en direction de Kota Pour aller à Bundi. Pour cette raison, nous avons commandé le petit-déjeuner afin d'être prêt à 7h30. Cependant, lorsque nous sommes descendus dans la salle à manger à un moment très opportun, ils commençaient à peine à la préparer et, au lieu de partir à 8 heures comme prévu, nous avons quitté l’hôtel vers 8h30.

Dans le même hôtel, nous avons demandé s’ils pouvaient nous appeler à tuk-tuk l'avoir pendant la journée et ainsi ne pas perdre de temps à marchander. Finalement, nous avons convenu que nous serions avec lui de 8h30 à 16h30. Nous avons grimpé les trois dans le véhicule et nous nous sommes dirigés vers notre première destination matinale: la ambre fort. C'était dimanche et à cette heure du matin, il n'y avait presque personne dans la rue. Comme il faisait froid, nous avons dû nous blottir pour nous réchauffer un peu. Notre chauffeur s'appelait Sameer, un garçon jeune mais incertain qui avait son tuk-tuk à l’écoute d’un équipement sonore digne de MTV Tunning et occupant tout l’espace dédié au coffre. Nous avons donc parcouru les rues à moitié vides de Jaipur au son de Manu Chao, qui était totalement surréaliste.

Il a fallu environ 20 minutes pour atteindre le fort. Sameer s'est garé et nous a dit que le temps qu'il faudrait nous attendre là-bas. Une des choses que Mireia avait à l’esprit depuis le début lors de la planification du voyage était la monter l'éléphant dans le fort. En effet, c’est l’un des touristes les plus chers de l’Inde, mais que sommes-nous si vous n’êtes pas de simples touristes? Nous sommes donc allés directement chercher un éléphant.

Le problème était que nous avions tort en cours de route et que nous nous sommes retrouvés au milieu de la rampe où les éléphants montaient et descendaient. Au lieu de nous dire de sortir d'ici avant qu'un pachyderme ne nous écrase, les chauffeurs nous ont dit de descendre d'un demi-kilomètre jusqu'à la plateforme où vous avez embarqué l'animal. Donc, pendant 500 mètres, nous avons commis l’insouciance de marcher parmi les éléphants comme si nous marchions le long des Ramblas.

En arrivant sur le quai, il y avait une longue file de touristes qui attendaient avec impatience de grimper l'animal en service. Le prix est fixé: 900 roupies pour un maximum de deux personnes. Comme nous étions trois, Mireia et Sonia sont montées côte à côte et l’autre est montée toute seule. Comme j’avais de l’espace, j’ai étiré lequel maharani et je me suis préparé à profiter de l’ascension vers le fort, mais il me semble que je suis devenu trop confortable et que j’ai fini par attirer les touristes qui m’entouraient, car ils n’arrêtaient pas de prendre des photos.

Mon moment de gloire a été tronqué lorsque le conducteur d'éléphant m'a demandé si j'aimais les animaux. Face à une telle question, innocent de moi, j'ai dit oui et le chauffeur a commencé à me donner le bâton que j'avais une entreprise qui organisait des safaris et que si je voulais en faire un et tel et qui non stop. Quand je lui ai dit que cela ne m'intéressait pas, il a commencé à me laisser un pourboire incessant, bien qu'il y ait eu un énorme signe qui indiquait clairement que les conducteurs d'éléphants ne devraient pas être inclinés (j'imagine que c'était déjà plus que inclus dans les 900 roupies que ça valait la peine. la petite promenade).

Par 250 roupies Nous avons décidé d'engager le guide officiel qui nous était offert à l'entrée, car nous voulions mieux connaître l'histoire du fort. Les guides ne parlent que l'anglais, j'ai donc joué le rôle d'interprète de toutes les explications fournies par le guide. Cependant, mes traductions avaient une touche personnelle et, à plusieurs reprises, Mireia et Sonia ont commencé à rire sans que le guide sache pourquoi.

Autrefois, Ambre C'était la capitale de l'état de Jaipur. La ville était entourée d'un mur à l'intérieur duquel se trouvaient le palais-fort (Ambre) et un fort militaire (Jai). Le palais fut ordonné de construire le Marajá Man Singh en 1592, commandant Rajbar d'Akbar, et fut successivement prolongé jusqu'à son achèvement au XVIIe siècle, déjà sous le gouvernement de Jai Singh I. Cependant, les murs restèrent petits et commencèrent à se Jai Singh II a déménagé la capitale à Jaipur en 1727.

Nous avons gravi les marches qui menaient à la La porte de Ganesh Pol, porte de l’entrée du palais et nous accédons à une cour où se trouvait une pièce (Divan-i-Am) où Marajá Il a donné son public. Quelques mètres plus loin à l'intérieur, nous nous attendions à Jai Mandir, la salle du conseil royal ou la salle des glaces. Sans aucun doute, cette salle est ce que j’ai le plus aimé du fort, même si on ne pouvait pas le voir de l’intérieur. La pièce est recouverte de marbre blanc et de miroirs encastrés dans les murs. En fait, il est actuellement impossible d'y accéder, car des personnes ont été dépouillées de miroirs et de pierres incrustées pour les prendre comme elles le seraient. Autrefois, la chambre était illuminée de nuit par des lampes à huile et le vent, lorsqu’elle les balançait, lui procurait un éclairage spécial grâce au reflet des miroirs.

Puis nous avons visité le quartier des femmes du palais, ses chambres et son patio. La meilleure chose à propos du fort est de se perdre dans ses couloirs et de l'explorer calmement, ce que nous ne pouvions pas faire parce que le guide nous a pris à deux cents l'heure. À la sortie, il y avait des arrêts de souvenirs un peu chers, mais comme Mireia partait le lendemain, nous nous sommes arrêtés pour faire quelques achats, tels que de l'encens et des marionnettes du Rajasthan. Ensuite, dans la boutique du musée, nous avons profité de l’occasion pour acheter des cartes postales et le livre occasionnel. Mon conseil est que si vous pouvez l'éviter, n'achetez rien là-bas car c'est hypercariant.

Plus tard, alors que nous allions sur le parking, quelques photographes nous ont approchés pour essayer de nous vendre les photos prises lors de la montée avec l'éléphant. Finalement, j'ai acheté une de mes photos pour 40 roupies car je savais qu'il est difficile d'obtenir des photos précises. pendant que vous montez un éléphant.

Nous sommes retournés à pousse-pousse et nous a emmenés à lui Musée Gatore Ki ChhatriyanBien que nous n’ayons pas seulement découvert les trésors qu’elle expose, nous n’avons pas envie de perdre les quelques heures que nous avons passées à Jaipur dans un musée. Par conséquent, nous avons dit au conducteur de continuer avec l'itinéraire. Puis on met le cap au sanctuaire des singes, une sorte de petit temple au sommet d'une colline offrant une vue magnifique sur Jaipur. Malheureusement, à cause de la pollution, nous pouvions à peine voir la ville.

Pin
Send
Share
Send