Asie

New Delhi en un jour

Pin
Send
Share
Send


Tout se termine et ce jour était notre dernier jour de voyage en Inde. Pour terminer notre voyage en Inde, nous avons décidé de quitter la grande capitale pour la fin, bien qu'une visite quelque peu décaféinée soit prévue. Il Le 26 janvier, la fête de la République est célébrée et, étant un jour férié, tous les magasins et commerces sont fermés et les rues sont vides.

Nous nous sommes levés un peu tard et, après le petit-déjeuner, avons fermé nos sacs et les avons mis dans le Ambassadeur et nous avons commencé vers Swaminarayan Akshardham. Le fait était que nous avons visité un autre temple en pensant que c’était celui-là (mais c’était en fait Birla Mandir), et le pire, c’est que nous ne nous en sommes pas rendu compte. Je ne sais pas s'il y a eu un problème de communication ou si le chauffeur a décidé de nous emmener dans n'importe quel temple pour ne pas avoir à nous emmener à la périphérie. Enric et Marta m'avaient recommandé de visiter le Swaminarayan Akshardham pour être l'un des plus sacrés de la ville et aussi parce qu'il a une boutique pour acheter des souvenirs qui se vendent aussi dans la Natura mais à des prix indiens. Dommage, ce sera la prochaine fois.

Il Qutb Minar Il date des premières années de l'islamisme en Inde et se distingue principalement par le minaret Qutb, haut de 73 mètres. L'ensemble de l'enceinte est construite en grès et possède de très belles gravures. Il a aussi des portes douloureusement basses où je me suis donné un, sinon deux coups à la tête.

Les rues de Delhi étaient désertes et dans les quelques monuments ouverts il n'y avait presque pas de visiteurs à l'intérieur. Les déplacements d'un monument à l'autre étaient donc très rapides, mais nous avions le sentiment d'être dans une ville un peu irréelle, sans rapport avec la vie quotidienne. .

Il Temple du lotus C'est un peu étrange. Il a la forme d'une fleur de lotus semi-ouverte (fleur nationale de l'Inde) et d'une longue file de visiteurs attendant leur tour d'entrer. Donc, cet ordre et Zen restez, il y avait des volontaires pour s’assurer que l’on se taisait et se rangeait.

Quand nous sommes finalement entrés dans le temple, nous ne savions pas quoi faire là-bas. C’est censé être un lieu de méditation et de concorde de religions, mais peut-être n’avions-nous pas le mode de méditation "on". Le temple à l'intérieur est assez neutre, tirant laide. C'est comme une église construite à la fin du 20ème siècle.

L’une des choses qui m’a le plus mis en évidence à propos de Delhi, c’est que les gens n’hésitent pas à vous jeter des regards inquisiteurs. C’est comme lorsque nous faisions la queue pour aller chercher les chaussures au temple du lotus, ou quand nous partions, que tous les visiteurs de la file Ils nous ont regardés et nous ont mis mal à l'aise.

Cependant, dans le Tombe d'Humayun Nous sentons la mer de bien pour sa beauté et la tranquillité qui est respirée. Il convient de payer les 250 roupies de l’entrée pour profiter d’une architecture mongole primitive rappelant Taj Mahal. La tombe a été construite pour Haji Begum, épouse de l'empereur Humayun au 16ème siècle.

La tombe est entourée de jardins et d'étangs et a été déclarée site du patrimoine mondial. Il y avait peu de monde et c'était plus calme que dans le temple du lotus. Même dans ce cas, les gens nous demandaient toujours s'ils pouvaient prendre des photos ou un autre avec nous. C'était une constante du voyage qui a atteint son exposant maximum dans la mosquée Jama Masjid.

Le Jama Masjid C'est la plus grande mosquée de toute l'Inde, où 25 000 fidèles peuvent se rencontrer. Pour entrer, nous devons payer 200 roupies et ils nous ont obligés à porter une tunique malgré le port du pantalon long et des manches longues. Notre visite là-bas n'a donc pas commencé sur de bonnes bases.

La mosquée est située dans la zone connue sous le nom de Old Delhi, la partie ancienne de la ville, et a été construite entre 1644 et 1658. Pour monter les escaliers menant aux zones de prière, vous devez vous déshabiller. En règle générale, les gens les portaient à la main ou dans des sacs en plastique, mais ils nous obligeaient à les laisser à l'entrée. Peut-être que nos chaussures étaient plus impures que les autres. Sonia a cessé de les laisser sortir et n'est pas entrée. J'ai enlevé mes chaussures, mais pendant que j'étais à l'intérieur, je ne me sentais pas à l'aise parce que tout le monde me regardait d'une manière que je n'aimais pas, alors il ne m'a pas fallu longtemps pour retourner à Sonia.

Vidéo: Inde du Nord - Partie 115 - Arrivee à New Delhi (Avril 2020).

Pin
Send
Share
Send