Europe

L'île de Mozia, les ruines de Selinunte et la Scala dei Turchi

Pin
Send
Share
Send


Ils disent le Île San Pantaleo (Mozia), qui fait partie des îles Stagnone, a été transmise de main en main jusqu’au début du XXe siècle, un Anglais basé à Marsala a décidé de l’acheter. M. Whitaker, qui travaillait dans l’industrie du vin, l’a acquise après que des restes de poterie y aient découvert sa curiosité. Cet Anglais a construit une villa sur l'île et peu à peu, il a procédé aux fouilles du dimanche jusqu'à ce qu'il trouve la plus importante colonie phénicienne parmi celles qui restent aujourd'hui.

Nous y sommes arrivés par l'inertie de la veille. En principe, notre idée était de faire une promenade en bateau autour de l'île et de profiter du paysage de les mines de sel de la réserve naturelle de Stagione, mais l’inaction nous a fait finir par y débarquer. Pour entrer, vous devez payer 9 € (à part le coût du bateau), mais comme la dame du guichet nous a vu ne rien savoir, ou peut-être parce que nous allions être les seuls clients de la journée, elle nous a finalement facturé le billet pour les enfants ( 5 €). L'île est une propriété privée et couverte de vignobles en plus des ruines et du petit musée.

Nous nous sommes mis à marcher autour de l'île pour voir les ruines phéniciennes. À l'entrée, il y a un panneau indiquant où se trouve tout, mais pour lequel vous avez commencé à marcher, il n'y avait aucune signalisation, que nous venons de perdre. Nous avons trouvé des restes de pure chiripa, bien que l’état de conservation soit un peu déplorable et que les explications des dépôts soient pratiquement inexistantes. Quand nous étions de l’autre côté de l’île, nous avons décidé d’aller au musée, qui se trouve à l’entrée. Comme les routes n’étaient pas marquées, nous avons fini par faire passer la chèvre (ou le mouton) dans les vignes à la recherche du bon chemin.

Il vaut la peine de recommander le musée Whitaker Joseph Whitaker (1850-1936), qui abrite une collection exceptionnelle et très bien conservée. Ce qui se démarque est la statue de cocher, qui disent qu'il a été sculpté par Fideas vers 440 av. Les salles du musée regroupent à la fois des pièces retrouvées dans les fouilles de l'île et des objets achetés aux marchands par M. Whitaker. Les objets de tous les jours, tels que les lampes à huile, les bijoux et divers vaisseaux, attirent beaucoup d'attention. Le navire est repassé à une heure et demie et nous a ramenés sur la côte. En chemin, nous n’avons pas pu apercevoir l’ancienne route phénicienne qui passe maintenant à un mètre de profondeur.

Une heure et quart de route de Mozia sont les Ruines de sélinonte, une colonie grecque fondée en 628 av. Bien que le guide Lonely Planet dise textuellement: "Ces ruines sont parmi les plus impressionnantes du monde grec ancien" et que "de superbes vues sur les temples de la falaise sont contemplées depuis la magnifique plage", mais j’affirme le contraire. Tout d’abord, il ne s’agit nullement des ruines les plus impressionnantes, car leur état de conservation est déplorable. De plus, faire cette déclaration ayant quelques kilomètres les ruines d'Agrigente semble être une hérésie. Et que je n'ai pas encore visité les ruines de la Grèce ou celles de la Turquie. Par exemple, j'ai entendu dire que ceux d'Ephèse sont merveilleux. Deuxièmement: j'aimerais savoir ce que l'auteur du guide a vu de la plage, car à la fin de l'acropole (ce qui touche la plage), vous ne voyez que les quelques colonnes que les archéologues ont érigées. Ma seule conclusion possible est que le seigneur de Lonely Planet qui a écrit sur les ruines de Selinunte n'a pas mis les pieds dans celles-ci. Si nous ajoutons cela à la paresse des gestionnaires du patrimoine archéologique, on peut dire que les ruines de Selinunte sont un réel bluf.

Ce qui me dérange dans la visite de certaines ruines archéologiques, c'est que beaucoup n'incluent pas de carte du parcours avec l'entrée ni même la possibilité de payer des visites guidées pour les groupes. De plus, les affiches explicatives dans les zones sont presque toujours inexistantes. Bien sûr, «passe et page 6 € pour voir ces vieilles pierres jetées par terre, je n’expliquerai rien à leur sujet, c’est les livres de la librairie à un prix raisonnable, mais si vous ne voulez pas vous fatiguer je vais mettre un panier pour le porter pour 12 € ». C'est ce que j'appelle "la tyrannie du voyage organisé, si vous y allez gratuitement, vous endurez." Et ne me dites pas que l’Italie a tant de patrimoine qu’elle ne peut pas la conserver quand, dans des pays beaucoup plus pauvres, elle offre de nombreux services pour visiter ses ressources archéologiques, comme dans Prambanan et Borobudur en Indonésie ou dans l'un des Ruines mayas du Mexique.

Une vraie honte, surtout si on considère que Sélinonte Elle devint l'une des villes les plus importantes du monde hellénistique et comptait également plus de 100 000 habitants.

Pin
Send
Share
Send